La CRCAQ présente une conférence sur la fin du monopole de la SAQ

 

 29 mai 2017

La Commission de la Relève de la Coalition Avenir Québec présentera, le 31 mai à Québec, une conférence sur la fin du monopole de la Société des alcools du Québec. Pour l’occasion, le professeur d’économie à l’Université du Québec à Trois-Rivières et auteur du livre Où sont les vins?, Frédéric Laurin, sera le conférencier invité.

M. Laurin, qui présentera la conférence Libéralisation partielle du marché des vins et des alcools : Diversité, qualité et accessibilité au Québec, se réjouit de voir une aile jeunesse se pencher sérieusement sur la question de la fin du monopole de la SAQ. « Il y a plusieurs années que je propose une ouverture du marché des vins et des alcools au Québec. Ma position consiste à permettre un peu de concurrence, en laissant la SAQ telle qu’elle est maintenant. Elle ne serait tout simplement plus un monopole. Cette concurrence contribuerait à faire baisser les prix et d’avoir plus de diversité de produits au Québec », explique-t-il.

De son côté, le président de la Commission de la Relève de la CAQ, Samuel Lemire, rappelle que le monopole coûte extrêmement cher aux Québécois. « La SAQ profite de son statut de monopole pour faire payer davantage les consommateurs. Plus le prix des bouteilles est bas, moins c’est payant pour le gouvernement. Il faut ouvrir le marché de la vente d’alcool et mettre fin au monopole malsain de la SAQ. », soutient-il.

La conférence se tiendra au restaurant Le Cercle à Québec, dès 18h30. L’entrée est gratuite.

Pas de monopole pour le cannabis: matière à réflexion

 

 26 mai 2017

Alors qu’il a été annoncé que la constitution d’un monopole public pour la vente du cannabis n’était pas envisagée, la Relève caquiste voit dans cette nouvelle une occasion à saisir.

Effectivement, contrairement à la vente d’alcool qui est l’affaire exclusive de la SAQ, le gouvernement a annoncé ne pas avoir l’intention de reproduire ce modèle pour le cannabis. Dans la mesure où la consommation de cette substance devrait être légalisée d’ici l’été 2018, cette décision s’avère déterminante pour la conduite des débats. Elle démontre que le secteur privé devra jouer un rôle actif quoique l’État doive demeurer impliqué en matière de réglementation pour l’ordre public.

Toutefois, le plus intéressant dans cette décision est la reconnaissance qu’un monopole public de vente ne soit pas la solution contemporaine pour distribuer des produits aux effets controversés. La Relève propose depuis septembre 2016, la fin du monopole de la SAQ dans l’intérêt des producteurs et des consommateurs d’alcool, et ce, sans diminuer les exigences en matière de santé publique. L’annonce relative au cannabis démontre la pertinence de la proposition de la Relève et, surtout, du débat généré.

Ainsi, alors qu’une intervention étatique reste essentielle sur le plan social pour la vente d’alcools et de drogues, la Relève juge qu’il faut donner davantage d’initiative au plan économique relativement à la vente. Alors que l’action de l’État doit être recentrée sur ses priorités que sont la santé, l’éducation et l’aide aux familles, les monopoles de vente pour ces produits ne constituent pas la solution.

En redéfinissant les responsabilités de l’État québécois, il devient possible de créer l’avenir d’une nation plus prospère où les citoyens peuvent être entreprenants et responsables.

La Relève de la CAQ veut connaître votre opinion sur la légalisation du cannabis

 

 21 avril 2017

Soucieux de connaître votre opinion sur la légalisation du cannabis, les jeunes de la CAQ entreprennent une démarche de consultation publique sur la légalisation de la marijuana. Cette consultation se fera sur le site Web : www.opinioncannabis.com.

Rappelons que le projet de loi sur la légalisation du cannabis a été déposé par le gouvernement fédéral le 13 avril 2017. Il revient cependant au palier provincial de trancher sur certains aspects entourant la mise en vente du cannabis, notamment le ou les lieux de vente.

La question de la légalisation de la marijuana soulève de nombreuses interrogations au sein de divers groupes. Que ce soit sur le plan de la santé, de la sécurité ou même de la protection des jeunes, plusieurs réponses doivent être apportées.

Nous vous invitons tous à participer à ce débat de société en nous soumettant vos réponses ici.

La mise en vente du cannabis sera effective le 1er juillet 2018 si le projet de loi est adopté.

Cercle 16-30 : Conférence sur l’économie collaborative de Guillaume Lavoie

 

 14 octobre 2016

Le jeudi 13 octobre 2016, se tenait le premier événement du Cercle 16-30 de la Commission de la Relève de la Coalition Avenir Québec. À l’occasion du lancement du projet, les jeunes ont reçu Guillaume Lavoie, Conseiller de ville pour Projet Montréal afin d’établir une réflexion sur la question de l’économie collaborative. Ce sujet ayant largement alimenté l’actualité politique québécoise ces derniers jours, notamment avec le cas UBER, cette conférence venait à point.

Guillaume Lavoie a débuté en expliquant ce qu’était l’économie collaborative et comment elle remettait en question la notion de « possession » dans la société moderne. Il a ensuite discuté des enjeux que cette nouvelle forme d’économie impliquait, comme par exemple la multiplication d’entrepreneurs et de micro-entrepreneurs à l’échelle du Québec, ainsi que l’urgence pour le gouvernement de s’adapter à ces nouveaux enjeux et de repenser le modèle de l’administration publique et de la collecte de taxes en ce sens.

La conférence s’est soldée par quelques pistes de solutions proposées par Guillaume Lavoie qui seront des plus utiles pour la CRCAQ dans la mise en œuvre d’un grand chantier sur le sujet en vue de notre congrès de septembre 2017.

La Relève

La Relève participera à la table ronde sur l’ubérisation des professions

 

 14 juin 2016

Kevin Paquette, responsable des finances, représentera la Relève lors de la table ronde sur l’ubérisation des professions. Initié par l’agence  2000 NEUF COMMUNICATION et par l’Observatoire des Services Professionnels, l’événement se tiendra à Montréal dès 8 h, le 16 juin prochain. Le but de cette table ronde est d’échanger sur les nouveaux paradigmes auxquels les secteurs et professions réglementés sont confrontés. Nous sommes heureux d’être représentés lors de cette table ronde et comptons exposer nos positions sur les enjeux d’automatisation des emplois, réalités sociales qui doivent être discutées en prenant en considération la diversité des points de vue.