Tarifs préférentiels d’Hydro-Québec: un premier pas vers la souveraineté alimentaire?

 

 10 juillet 2020

Le 10 juillet dernier, le gouvernement du Québec annonçait en partenariat avec Hydro-Québec que l’agriculture en serre bénéficierait désormais de tarifs préférentiels d’électricité. À l’heure où la pandémie nous a fait réaliser les inconvénients d’une trop grande dépendance envers l’extérieur pour nous nourrir, cette mesure permettra d’épauler les agriculteurs québécois et d’amorcer une nécessaire transition vers la souveraineté alimentaire.

En effet, des tarifs réduits pour l’agriculture de serre répondent à plusieurs enjeux auxquels font actuellement face les agriculteurs québécois pour remplir nos assiettes :

  • Réduire les coûts liés à l’agriculture de serre
  • Réduire la dépendance du milieu agricole au propane
  • Utiliser Hydro-Québec à son plein potentiel
  • Diversifier les plantations pour une agriculture 4 saisons
  • Une première étape pour repenser notre agriculture

Réduire les coûts liés à l’agriculture de serre

Dans un pays nordique comme le nôtre, l’agriculture fait face à des défis évidents en raison de la température, qui empêche la culture de certains fruits et légumes pendant une bonne partie de l’année. Dans ce contexte, l’agriculture en serre devient une alternative intéressante pour produire des fruits et légumes québécois à l’année longue.

Cependant, ce modèle entraîne des coûts importants, notamment en ce qui a trait au chauffage. En effet, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) estime que les dépenses en chauffage représentent de 15 à 30 % des dépenses d’exploitation des entreprises de serre au Québec. En moyenne, ces dépenses s’élèvent à près de 40 000$ annuellement, ce qui nuit à la rentabilité des entreprises agricoles, laquelle est pourtant nécessaire pour atteindre une souveraineté alimentaire porteuse de prospérité au Québec.

Réduire la dépendance du milieu agricole au propane
En ayant ainsi accès à de l’électricité à moindre coût, les agriculteurs québécois pourront également se défaire d’une dépendance au propane acheminé du reste du Canada par train. Cette dépendance devient vite handicapante lors de crises ferroviaires, comme ce fut le cas l’année dernière lors de la grève du CN et en début d’année lors des blocages de voies ferrées.

Utilisé pour la production de grains, mais aussi pour le chauffage de bâtiments dans de nombreux élevages, le propane est tombé en pénurie après seulement deux jours de grève en novembre dernier. Une hydroélectricité plus abordable que jamais permettra aux agriculteurs d’éviter de pareilles crises à l’avenir.

Utiliser Hydro-Québec à son plein potentiel

Avec cet appui significatif aux agriculteurs québécois, Hydro-Québec nous rappelle la chance qu’ont les Québécois de bénéficier d’un pareil outil collectif. En effet, depuis la nationalisation de l’hydroélectricité, la société d’État a toujours répondu présent pour servir l’intérêt collectif, et elle le fait une fois de plus pour faciliter notre transition vers la souveraineté alimentaire.

Cette initiative permet également d’utiliser à bon escient les surplus d’hydroélectricité que le Québec accumule chaque année, tout en favorisant les agriculteurs de chez nous.

Diversifier les plantations pour une agriculture 4 saisons

En rendant disponible de l’électricité bon marché pour les producteurs en serre, le gouvernement du Québec espère sécuriser leurs besoins en énergie et leur permettre d’élargir leurs activités. Avec une production en serre diversifiée et active 12 mois par année, les Québécois auront ainsi accès à une plus grande variété de fruits et légumes québécois à l’année longue.

Conséquemment, les fruits et légumes québécois trouveront leur place dans nos assiettes plus longtemps et à des tarifs plus abordables. Avec des agriculteurs locaux plus compétitifs, il sera plus facile de réduire la dépendance alimentaire des Québécois aux produits étrangers. Par le fait même, ceci limitera les risques de bris de la chaîne d’approvisionnement alimentaire fondée sur le principe du “juste assez, juste à temps”, laquelle a été mise à rude épreuve avec la fermeture des frontières dans la foulée de la pandémie.

Une première étape pour repenser notre agriculture

Avec cet investissement structurant pour les agriculteurs de chez nous, le gouvernement du Québec amorce un nécessaire virage vers la souveraineté alimentaire. Cependant, d’autres mesures concrètes doivent suivre pour réussir cet objectif essentiel à l’autonomie du Québec ainsi qu’à la diminution des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Pour amener ce débat plus loin, la Commission de la Relève de la CAQ lance une réflexion dans le cadre de son congrès 2020, intitulée Repenser l’agriculture – Viser la souveraineté alimentaire.

Ajoute tes nouvelles idées en participant au Congrès numérique en cliquant ici.

Implique-toi sur notre Conseil exécutif !

 

 29 juin 2020

L’exécutif de la Commission Relève de la CAQ recherche la perle rare pour pourvoir au poste de Responsable des campus.

Si tu sais combiner créativité et gestion, en plus d’être motivé et habile à travailler sur plusieurs projets à la fois, nous attendons ta candidature !

En plus de prendre part aux décisions sur différents enjeux avec les autres membres de l’exécutif, tes principales tâches consisteront entre autres à :

  • Assurer un soutien logistique dans l’organisation d’évènements dans les cégeps et les universités ;
  • Maintenir de bonnes relations avec les regroupements et associations étudiantes en répondant à leurs interrogations.

Tu as du 29 juin au 9 juillet pour remplir le formulaire de mise en candidature et le transmettre à candidatures@crcaq.org.

Si plusieurs candidats postulent, une campagne sera déclenchée du 10 au 16 juillet 2020. Les membres de l’exécutif en plus des présidents régionaux de la CRCAQ passeront au vote les 17 et 18 juillet.

Lancement du Congrès de la Relève 2020

 

 21 juin 2020

Comment repenser le Québec de l’après-COVID-19?

Depuis le début de la pandémie, de nouveaux défis économiques et sociaux surgissent au Québec. Pour faire face à ces défis, nous devons revoir nos façons de faire et faire place à des idées nouvelles. Les jeunes sont le Québec de demain, et ils doivent occuper un rôle de premier plan dans cette grande réflexion. C’est pourquoi la CRCAQ invite les jeunes Québécois à son congrès 2020, intitulé Repenser le Québec, qui se déroulera les 19 et 20 septembre 2020.

Pour repenser le Québec de l’après-COVID-19, la Relève propose :

Un congrès 100% numérique

Une première pour une aile jeunesse, le Congrès de la Relève 2020 sera 100% numérique. Dans les semaines précédant le congrès, les jeunes participeront à des chantiers de réflexion sur les grandes questions de l’après-COVID-19. Sous forme de forums de discussion, ces chantiers permettront aux membres de réfléchir et de s’exprimer pour orienter les prochaines prises de position de la Relève.

Les trois premiers sujets soumis aux membres seront l’économie verte, le tourisme et la culture. Prochainement, les participants auront accès aux forums de discussion afin d’amorcer la réflexion sur ces enjeux dans le Québec d’après la pandémie.

La réflexion culminera les 19 et 20 septembre, lors du congrès numérique où la CRCAQ présentera ses orientations pour repenser le Québec. Nous invitons donc les jeunes de 16 à 30 ans à devenir membres dès maintenant, pour participer à cette réflexion à long terme.

Repenser l’économie – Une relance économique verte

Pour relancer l’économie du Québec, la Relève place l’environnement et l’équité intergénérationnelle au centre de ses réflexions. La relance économique doit tenir compte des générations futures afin de leur léguer un environnement sain et des finances publiques en ordre. La Relève propose donc une réflexion à long terme sur une relance économique verte.

Repenser le tourisme – Voyager chez nous

Alors que la pandémie a précarisé l’industrie du tourisme, il est plus important que jamais de voyager chez nous. Pour assurer la relance, il est donc primordial de valoriser le Québec et ses attraits touristiques C’est pourquoi la Relève propose de repenser un tourisme plus attrayant qui permettra aux Québécois de redécouvrir leur territoire.

Repenser la culture – Faire rayonner notre télévision ici comme ailleurs

Si la COVID-19 a nui à l’industrie culturelle, la télévision a regagné en popularité dès le début de la pandémie. À la fois comme divertissement et comme source d’information, elle est essentielle à notre culture. La Relève souhaite réfléchir à l’avenir de la télé québécoise pour rassembler les gens d’ici et séduire les gens d’ailleurs.

Inscription dès maintenant

La Relève invite tous les jeunes qui souhaitent repenser le Québec cet été à s’inscrire dès maintenant au congrès. Les forums de discussions commenceront bientôt, inscrivez-vous vite pour participer aux réflexions pré-congrès!

Appel aux jeunes: la CRCAQ encourage le port du masque

 

 29 mai 2020

La Commission de la Relève de la Coalition avenir Québec souhaite joindre sa voix à celle de Sarah-Jeanne Labrosse et Pierre-Luc Funk, qui étaient aux côtés du premier ministre, François Legault, plus tôt cette semaine, pour inviter les jeunes Québécois à porter un masque dans les lieux publics. Particulièrement dans des endroits où une distance de deux mètres est difficile à maintenir, comme les commerces et les transports collectifs, le port du masque est nécessaire pour limiter les risques de propagation de la COVID-19.

Maintenant que certaines directives de santé publique sont assouplies et que les rassemblements entre personnes de foyers différents sont permis sous conditions, il est d’autant plus important de penser à nos parents et amis en portant le masque pour les protéger.

Les jeunes ont leur rôle à jouer pour limiter la propagation du virus et ainsi veiller à ce que le déconfinement du Québec se déroule dans les meilleures conditions possibles. C’est pourquoi la CRCAQ appuie l’appel aux jeunes de Sarah-Jeanne Labrosse et de Pierre-Luc Funk, en invitant tous les jeunes du Québec à mettre un masque dans les lieux publics.

Lien connexe:
Québec.ca/relance

Réflexion sur la tenue des cours à l’automne

 

 25 mai 2020

Dernièrement, plusieurs universités et cégeps ont annoncé que la session d’automne 2020 sera principalement en ligne étant donné l’incertitude liée à la COVID-19. Cette annonce a eu l’effet d’une bombe dans la communauté étudiante du Québec qui s’est pourtant comportée de manière exemplaire durant le confinement, dans l’espoir de rapidement retrouver une vie normale pour retourner à l’école. La Relève de la CAQ s’inquiète alors qu’on oublie les besoins des étudiants et que ça nuise à la qualité d’études.

C’est que dans la multitude d’annonces et de mesures prises pour contrer la COVID-19, le Québec risque de faire face à une crise toute aussi dangereuse pour les jeunes : une crise de santé mentale. Le confinement, conjugué au stress inhérent à une session académique comportant évaluations, examens et anxiété de performance peut rapidement devenir un cocktail explosif. Rappelons qu’avant la crise, selon une étude menée par l’Union étudiante du Québec, pas moins de 19% des personnes aux études présentent un niveau élevé de détresse psychologique nécessitant un suivi psychologique ou médicale. Compte tenu du fait qu’une large portion de la population étudiante étudie en ville, loin de sa famille, la solitude est un fléau pouvant affecter particulièrement la jeunesse. La CRCAQ croit que la décision de tenir les cours en ligne doit être réévaluée à la lumière des effets dévastateurs causés par l’isolement et la solitude, dont la détresse psychologique.

La tenue des cours en présentiel n’est pas seulement une affaire de santé mentale, mais est aussi essentiel dans le maintien de la qualité de l’enseignement prodigué dans nos institutions scolaires. D’ailleurs, la relation professeur-élève nous paraît nécessaire à la passation des connaissances et des acquis. L’absence de cette relation pourrait avoir comme effet d’affecter la courbe d’apprentissage des étudiants et étudiantes et finalement avoir un effet pernicieux sur leurs compétences lors de leur arrivée sur le marché du travail. Il nous apparaît évident que de nombreuses compétences transversales ne sont pas apprises dans les livres, mais par le contact avec autrui, le choc des idées et l’apprentissage du vivre-ensemble. L’enseignement supérieur est en quelque sorte vidé de son essence lorsqu’on le réduit à des cours en ligne.

Dans cette perspective, la Commission de la Relève de la CAQ invite les universités et cégeps à faire preuve d’innovation afin d’offrir des cours présentiels pour des plus petits groupes d’étudiants désireux d’être physiquement présents à l’automne. Les cours pourraient continuer d’être diffusés en ligne pour l’autre partie du groupe. C’est une façon de faire qui était déjà courante dans plusieurs campus bien avant la crise. Le tout pourrait ainsi se faire dans le respect des mesures sanitaires de la Santé publique dont la distanciation sociale, le lavage des mains et le port du masque.

Les jeunes sont bien conscients que le Québec traverse une crise majeure. Il est cependant primordial de considérer les incidences des mesures actuelles sur la santé et le potentiel de la jeunesse québécoise. L’avenir du Québec en dépend.

Les jeunes au front pour le Québec!

 

 18 mars 2020

Alors que l’été approche à grands pas, de nombreux jeunes et étudiants se retrouveront confinés à la maison, limités autant dans les emplois d’été que dans les activités estivales à pratiquer jusqu’à la rentrée des classes. Nous lançons donc un appel aux jeunes. Il est temps pour nous d’aller au front pour nos concitoyens et de s’investir au sein des services essentiels.

Les données quotidiennes le montrent: les jeunes en santé sont substantiellement moins à risque que les aînés des complications issues de la COVID-19. S’il ne faut pas se penser invincibles pour autant et braver les directives de santé publique, la résilience que nous procure notre âge doit être mise à profit pour l’ensemble des Québécois: des besoins se dessinent dans les secteurs essentiels de notre économie, et nous pouvons combler ces besoins en travaillant cet été.

Il s’agit d’une opportunité pour nous à la fois de servir la collectivité qui a besoin de nous et sortir de la maison cet été. Le gouvernement du Québec a récemment annoncé une hausse salariale de 400$ par mois pour tous les travailleurs essentiels qui gagnent moins de 550$ par semaine, ce qui touche de nombreux emplois souvent occupés par les jeunes. Même en travaillant à temps partiel, notre contribution fera la différence dans nos épiceries, nos pharmacies et toutes les entreprises qui font fonctionner le Québec chaque jour.

Pensons particulièrement au secteuragricole, touché de plein fouet par une pénurie de main d’œuvre en l’absence de travailleurs étrangers qui resteront confinés dans leur pays. Alors qu’il est de plus en plus question d’autonomie alimentaire, les #agriculteurs du Québec ont besoin de renforts pour remplir notre assiette chaque jour.

Cet été, c’est le temps pour nous, les jeunes, d’aller au front pour le Québec. Le gouvernement provincial offrira d’ailleurs 100 $ supplémentaire par semaine à chaque travailleur agricole pour la durée de l’été.

Tous ensemble, agissons pour assurer notre sécuritéalimentaire.

www.agrijob.info pour région Montréal
www.emploiagricole.com

Une éducation citoyenne pour rassembler les Québécois

 

 18 février 2020

Mémoire de la Commission de la Relève de la Coalition Avenir Québec (CRCAQ) dans le cadre des consultations sur le programme d’études Éthique et culture religieuse.

À la recherche d’un responsable à l’organisation!

 

 29 janvier 2020

L’exécutif de la Commission Relève de la CAQ est à la recherche d’une perle rare pour combler le poste de responsable à l’organisation.

Tu es capable de combiner créativité et gestion, en plus d’être motivé et habile de travailler sur plusieurs projets à la fois ? Nous attendons ta candidature!

En plus de prendre part aux décisions sur plusieurs enjeux avec les autres membres de l’exécutif, tes principales tâches consisteront entre autres à s’assurer du soutien logistique nécessaire à tout événement organisé par la Relève et à veiller à l’harmonisation et au bon déroulement de ces activités.

Tu as du 24 janvier au 7 février pour remplir le formulaire de mise en candidature et l’envoyer à candidatures@lacaq.org.

En cas de réception de plus d’une candidatures, une campagne se déroulera du 8 au 14 février. Les membres de l’exécutif en plus des présidents régionaux de la CRCAQ passeront au vote les 14 et 15 février.

Pour plus de détails, écris à candidatures@lacaq.org.

Joins-toi à ton CAL!

 

 24 janvier 2020

Les Comités d’action local (CAL) à travers le Québec sont à la recherche de membres de la Relève allumés pour agir à titre de Directeur des jeunes afin de compléter leur équipe.

Si tu es un jeune motivé, qui veut s’impliquer et qui est à la recherche l’opportunité parfaite pour se faire, la voici!

Tes principales tâches consisteront à superviser et représenter les membres jeunes de ta circonscription en plus d’assurer le lien entre le CAL et la Commission de la Relève.

Si tu es intéressé, tu as du 24 janvier au 7 février pour remplir le formulaire de mise en candidature et l’envoyer à candidatures@crcaq.org.

Clique ici pour télécharger le document.

Pour plus de détails, écris à regions@crcaq.org.

Élection à la vice-présidence de la Montérégie-Nord

 

 9 décembre 2019

La CRCAQ est fière de vous annoncer qu’à la suite de la fermeture des mises en candidature pour les associations régionales, une élection aura lieu dans Montérégie-Nord.

En effet, 14 décembre prochain, le poste à la vice-présidence sera en élection. La campagne des deux candidats débutera lundi le 9 décembre et se terminera par un vote électronique des membres de la Relève de cette région le 14 décembre.

Voici les candidats

Élodie Lavoie

Née le 11 janvier 1993 à Sorel, elle complète son cégep en sciences pures et son baccalauréat en psychologie à l’UQÀM. Actuellement, elle essaie d’accéder à la maîtrise en économie.

Elle a publié une dizaine d’articles dans les journaux étudiants de psychologie et d’économie de l’UQÀM, dans le Psy-Curieux et dans Horizons Économiques, des articles à caractère politique majoritairement.

En avril 2018, elle devient directrice jeunesse du CAL de Marie-Victorin et l’est toujours. Elle fait un mandat en tant que secrétaire de la CRCAQ de Montérégie-Nord en 2018-2019.

Dernièrement, elle a fait le salon du livres de l’Estrie et s’en va bientôt au salon du livres de Montréal pour la publication avec Georges-Henri Arenstein, psychologue, du livre Respirer et renaître aux éditions du CRAM. Ce livre porte sur le rebirth, technique de respiration.

Juan Bautista

Âgé de 18 ans de la Montérégie-Nord, je suis actuellement vice-président de mon association régionale. Je suis impliqué à la CAQ depuis bientôt un an, et en politique active depuis bientôt quatre. J’ai fait mes débuts politiques au Parti Conservateur du Canada, où j’ai notamment été directeur des communications pour la campagne du candidat gaspésien, Jean-Pierre Pigeon.

Outre la politique, je suis un jeune passionné de l’automobile et travaille présentement chez Kenny U-Pull, un ferrailleur local. J’étudie en sciences humaines au cégep Vanier situé à Ville Saint-Laurent, finissant en 2020. Je souhaite poursuivre mon mandat en tant que VP régional.

Si je suis réélu, je consacrerai tous mes efforts afin de bâtir une association régionale plus forte.