Pas de monopole pour le cannabis: matière à réflexion

 

 26 mai 2017

Alors qu’il a été annoncé que la constitution d’un monopole public pour la vente du cannabis n’était pas envisagée, la Relève caquiste voit dans cette nouvelle une occasion à saisir.

Effectivement, contrairement à la vente d’alcool qui est l’affaire exclusive de la SAQ, le gouvernement a annoncé ne pas avoir l’intention de reproduire ce modèle pour le cannabis. Dans la mesure où la consommation de cette substance devrait être légalisée d’ici l’été 2018, cette décision s’avère déterminante pour la conduite des débats. Elle démontre que le secteur privé devra jouer un rôle actif quoique l’État doive demeurer impliqué en matière de réglementation pour l’ordre public.

Toutefois, le plus intéressant dans cette décision est la reconnaissance qu’un monopole public de vente ne soit pas la solution contemporaine pour distribuer des produits aux effets controversés. La Relève propose depuis septembre 2016, la fin du monopole de la SAQ dans l’intérêt des producteurs et des consommateurs d’alcool, et ce, sans diminuer les exigences en matière de santé publique. L’annonce relative au cannabis démontre la pertinence de la proposition de la Relève et, surtout, du débat généré.

Ainsi, alors qu’une intervention étatique reste essentielle sur le plan social pour la vente d’alcools et de drogues, la Relève juge qu’il faut donner davantage d’initiative au plan économique relativement à la vente. Alors que l’action de l’État doit être recentrée sur ses priorités que sont la santé, l’éducation et l’aide aux familles, les monopoles de vente pour ces produits ne constituent pas la solution.

En redéfinissant les responsabilités de l’État québécois, il devient possible de créer l’avenir d’une nation plus prospère où les citoyens peuvent être entreprenants et responsables.

Commission de la Relève de la CAQ : Une pétition pour mettre fin au monopole de la SAQ

 

 4 mai 2017

La Commission de la Relève de la Coalition Avenir Québec met en ligne une pétition afin de mettre fin au monopole de la Société des alcools du Québec. Le président de la CRCAQ, Samuel Lemire, invite les Québécois en accord avec cette proposition de se rendre sur le site Internet wwww.finaumonopole.com pour signer la pétition.

« En plus d’imposer un système contraignant aux producteurs québécois, le monopole coûte extrêmement cher aux consommateurs. La SAQ profite de son statut de monopole pour faire payer davantage les consommateurs. Plus le prix des bouteilles est bas, moins c’est payant pour le gouvernement. Il faut ouvrir le marché de la vente d’alcool et mettre fin au monopole malsain de la SAQ. Revoir le monopole de la SAQ aura pour effet de réduire la structure de coûts et donner plus de liberté de choix aux Québécois », explique le président de la CRCAQ.

D’ailleurs, la Commission de la Relève de la CAQ présentera une conférence sur la fin du monopole de la SAQ le 31 mai prochain au restaurent Le Cercle à Québec, dès 18h. Pour l’occasion, le professeur d’économie à l’Université du Québec à Trois-Rivières et auteur du livre Où sont les vins?, Frédéric Laurin, sera le conférencier invité. Rappelons que la CRCAQ a officiellement pris position, lors de son Congrès 2016, pour demander la fin du monopole de la SAQ.

La Relève de la CAQ veut connaître votre opinion sur la légalisation du cannabis

 

 21 avril 2017

Soucieux de connaître votre opinion sur la légalisation du cannabis, les jeunes de la CAQ entreprennent une démarche de consultation publique sur la légalisation de la marijuana. Cette consultation se fera sur le site Web : www.opinioncannabis.com.

Rappelons que le projet de loi sur la légalisation du cannabis a été déposé par le gouvernement fédéral le 13 avril 2017. Il revient cependant au palier provincial de trancher sur certains aspects entourant la mise en vente du cannabis, notamment le ou les lieux de vente.

La question de la légalisation de la marijuana soulève de nombreuses interrogations au sein de divers groupes. Que ce soit sur le plan de la santé, de la sécurité ou même de la protection des jeunes, plusieurs réponses doivent être apportées.

Nous vous invitons tous à participer à ce débat de société en nous soumettant vos réponses ici.

La mise en vente du cannabis sera effective le 1er juillet 2018 si le projet de loi est adopté.

Sortie de Jean-François Lisée sur Uber : « Une preuve de plus que le PQ est déconnecté de la réalité des jeunes » -Samuel Lemire

 

 28 mars 2017

Pour le président de la Commission de la Relève de la Coalition Avenir Québec, Samuel Lemire, la demande du chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, de mettre un terme au projet pilote avec Uber démontre à quel point il est déconnecté des nouvelles technologies et de l’innovation en sol québécois.

Le président de la CRCAQ soutient qu’il est possible de faire cohabiter Uber et l’industrie du taxi. « L’innovation commerciale et technologique amenée par des entreprises comme Uber est nécessaire pour notre société. C’est cette capacité de tolérer le changement qui est en jeu. Le Parti québécois démontre qu’il est déconnecté de la réalité des jeunes. Est-ce ça le plan de Jean-François Lisée pour attirer les jeunes au PQ? C’est de cette manière qu’on repense le PQ présentement? Les jeunes n’ont plus de place dans ce vieux parti », constate Samuel Lemire.

Samuel Lemire déplore aussi que Jean-François Lisée ait tourné les coins ronds dans son analyse pour justifier sa sortie contre Uber. « En soutenant que 41% des chauffeurs contrôlés par le bureau du taxi à Montréal n’auraient pas respecté les règles du projet pilote, mais en omettant de dire que ces infractions sont en lien avec le fait que les chauffeurs ont mal placé leur permis à l’intérieur de leur voiture, le chef du PQ utilise des faits alternatifs pour dénigrer Uber », déplore-t-il.

Un nouveau club universitaire de la CAQ à l’Université de Sherbrooke

 

 9 février 2017

La Commission de la Relève de la CAQ est fière d’annoncer la création du premier club universitaire de la CAQ, à l’Université de Sherbrooke.

Une assemblée constituante s’est tenue le 7 février 2017 à l’Université de Sherbrooke pour entériner la création du club et élire son premier exécutif.

Nous saluons l’élection de Samuel Rasmussen, le nouveau Président du Club, de Marc-André Morency, élu au poste de Trésorier et de Kevin Paquette, élu au poste de Secrétaire.

Ce nouveau club, CAQ-UdeS, constitue un pas de plus vers notre ambition d’offrir à tous les jeunes étudiants, sympathisants ou membres de la CAQ, une institution où ils pourront vivre pleinement leur implication partisane à l’université.

Merci aux nombreux militants caquistes de l’Estrie qui se sont déplacés pour assister à l’événement.

Merci enfin, à toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à la création de ce nouveau club universitaire de la CAQ!

Soumettez votre candidature au stage du CAPFQ

 

 27 janvier 2017

La Relève de la CAQ est fière d’offrir à l’un de ses membres, l’opportunité de participer au stage du Comité d’action politique franco-québécois (CAPFQ). Un des membres de notre formation sera sélectionné à cet effet. Accompagné de jeunes d’autres formations politiques, le stagiaire sélectionné vivra une expérience politique exceptionnelle : un stage de six semaines (entre la mi-mai et la fin-juin) en immersion dans la vie politique française. L’enjeu est particulièrement stimulant cette année puisque le stage se déroulera en pleine année électorale!

Des allocations seront offertes par le Comité d’action politique franco-québécois  (CAQFQ) et l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ) pour couvrir une partie des frais afférents au voyage (billet d’avion et frais de logement). Notez que les dépenses personnelles lors du séjour seront au frais du stagiaire.

Pour ceux qui désirent faire partie de cette aventure comme représentant de la Relève, veuillez faire parvenir au Président de la Relève, Samuel Lemire, les documents suivants : un paragraphe de présentation et d’explication de votre intérêt, vos réponses à un questionnaire de connaissances sur la politique française disponible ici, votre curriculum vitae et une photo de vous format passeport. L’adresse d’envoi est la suivante : lemirsa1207@hotmail.com. Inscrivez «CAPFQ » comme objet du message.

La date limite pour soumettre votre candidature est le mercredi 8 février 2017 à 23 h 59. Par la suite, une courte entrevue téléphonique se tiendra avant le vendredi 10 février 2017. Il est donc très important d’indiquer un numéro de téléphone valide dans le courriel. Seulement une candidature sera retenue. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser par écrit à l’adresse mentionnée plus haut.

Un rapport de stage sera exigé par l’organisation dès votre retour.

Notez bien que seuls les membres de 30 ans et moins sont éligibles à ce stage!

Bonne chance à tous les candidats!

La Relève en 2016 : En action pour l’avenir!

 

 21 décembre 2016

2016 fut une année d’évolution pour la Relève. Au fil des tâches à accomplir, elle a eu à relever plusieurs défis. Nous avons dû recruter activement durant l’année, ce qui ne fût pas une mince affaire, mais cet effort gigantesque nous a permis d’accueillir des dizaines de passionnés de politique dans nos rangs. Maintenant nous avons les outils nécessaires pour passer à l’action.

Grâce au travail acharné et à la force de conviction de nos membres, nous avons eu à notre actif plusieurs gains et victoires. Quatre clubs universitaires ont été constitués, six de nos propositions en éducation et sur l’identité, sont devenues des positions officielles de la Coalition et le Congrès de septembre à Trois-Rivières a mobilisé plus de 150 jeunes autour d’idées inspirantes. De plus, les nombreuses heures consacrées lors des élections partielles vont paver la voie vers de bonnes performances en 2018. Nous pouvons tous être fiers du chemin accompli des douze derniers mois.

L’engagement politique est très demandant et exige beaucoup de sacrifices, entre autres pour nos proches. L’ardeur que vous mettez dans votre militantisme, nous rendent fiers de pouvoir compter sur votre appui. Avant d’amorcer une nouvelle année qui s’annonce des plus chargées vu ses multiples promesses, les Fêtes nous permettront de passer du bon temps et de recharger nos batteries. Profitez-en! Lors des prochaines semaines, passez du temps avec vos êtres chers et rappelez-vous de ce qui rend la vie si merveilleuse: l’amour, l’amitié et la famille. Nous vous souhaitons d’agréables réjouissances et tout le bonheur que vous méritez.

En 2017, nous espérons vous retrouver, chers militants exceptionnels, en forme, motivés et heureux. Ensemble, nous pourrons agir et créer l’avenir du Québec!

 

L’exécutif de la Relève

Cercle 16-30 : Conférence sur l’économie collaborative de Guillaume Lavoie

 

 14 octobre 2016

Le jeudi 13 octobre 2016, se tenait le premier événement du Cercle 16-30 de la Commission de la Relève de la Coalition Avenir Québec. À l’occasion du lancement du projet, les jeunes ont reçu Guillaume Lavoie, Conseiller de ville pour Projet Montréal afin d’établir une réflexion sur la question de l’économie collaborative. Ce sujet ayant largement alimenté l’actualité politique québécoise ces derniers jours, notamment avec le cas UBER, cette conférence venait à point.

Guillaume Lavoie a débuté en expliquant ce qu’était l’économie collaborative et comment elle remettait en question la notion de « possession » dans la société moderne. Il a ensuite discuté des enjeux que cette nouvelle forme d’économie impliquait, comme par exemple la multiplication d’entrepreneurs et de micro-entrepreneurs à l’échelle du Québec, ainsi que l’urgence pour le gouvernement de s’adapter à ces nouveaux enjeux et de repenser le modèle de l’administration publique et de la collecte de taxes en ce sens.

La conférence s’est soldée par quelques pistes de solutions proposées par Guillaume Lavoie qui seront des plus utiles pour la CRCAQ dans la mise en œuvre d’un grand chantier sur le sujet en vue de notre congrès de septembre 2017.

La Relève

Transferts fédéraux en éducation : Une preuve de plus que la CAQ est le parti de la jeunesse et de l’éducation, affirme la Commission de la Relève

 

 20 septembre 2016

La Commission de la Relève de la Coalition Avenir Québec (CRCAQ) applaudit la sortie du chef de la CAQ, François Legault, et de son porte-parole en éducation, Jean-François Roberge, au sujet des transferts fédéraux en éducation. Lors du dernier Congrès de la Relève de la CAQ, les membres ont adopté une résolution réclamant que les 80 millions de dollars provenant des transferts fédéraux en éducation soient investis dans le programme québécois d’aide financière aux études.

Le président de la CRCAQ, Samuel Lemire, se réjouit de voir que François Legault et Jean-François Roberge portent à l’Assemblée nationale cette résolution qui a été adoptée le 10 septembre dernier. Pour lui, c’est une preuve de plus que la CAQ écoute sérieusement les idées mises de l’avant pas la relève.

« Nous avons une parfaite démonstration d’une aile jeunesse qui est considérée par son parti. La CAQ fait de l’éducation une grande priorité. On en voit une preuve concrète aujourd’hui. La CAQ est le véritable parti de l’éducation », déclare-t-il.

À noter que lors du point de presse, François Legault et Jean-François Roberge étaient accompagnés de Rose Crevier-Dagenais, présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec et de Nicolas Lavallée, président de l’Union étudiante du Québec.

Commission de la Relève de la CAQ : Les jeunes caquistes veulent donner un coup de pouce aux universitaires

 

 10 septembre 2016

Les 150 jeunes présents au Congrès de la Relève de la Coalition Avenir Québec qui s’est déroulé samedi à Trois-Rivières ont adopté une résolution réclamant le remboursement de 15% des frais de scolarité universitaires aux étudiants à temps plein du premier cycle qui concluent leurs parcours d’étude. Pour le président, Samuel Lemire, cette résolution, tout comme plusieurs autres, démontre la qualité des débats qui ont eu lieu durant cet évènement.

« Je suis très fier des échanges et des résolutions ambitieuses qui ont été mises de l’avant, notamment en éducation. Le député Jean-François Roberge fait un travail remarquable pour rétablir les services de soutien aux étudiants en difficulté. D’un autre côté, il importe également d’encourager les jeunes à finir leurs études à temps complet, donc s’inscrire à un minimum de 12 crédits par trimestre. Un incitatif financier positif constitue l’option la plus efficace », souligne Samuel Lemire.

Il en a profité pour faire un appel à la convergence des jeunes sous la bannière de la CAQ. « Au fil du temps, nous avons su devenir une force positive au sein de la CAQ en initiant le rassemblement et la proposition de changements. On ne peut malheureusement pas en dire autant pour d’autres mouvements de jeunes qui ont été muselés par leur parti, notamment dans le dossier Uber. Notre porte est toujours ouverte à ceux qui veulent agir véritablement pour l’avenir du Québec. Bienvenue a ceux et celles qui veulent se joindre à une équipe de militants extraordinaires », poursuit-il.

Une résolution d’urgence pour les agriculteurs en détresse

Alors que le congrès s’est déroulé simultanément avec la 14e Journée mondiale de la prévention suicide, une résolution d’urgence a été déposée afin que chaque municipalité régionale de comté se dote d’un travailleur de rang afin de fournir du soutien préventif et réactif aux producteurs agricoles et à leurs familles, qui sont parmi les travailleurs les plus à risque de se suicider. « Selon Santé Canada, les agriculteurs ont un taux de suicide deux fois plus élevé que le reste des Québécois. Qui plus est, 51 % des travailleurs agricoles, contre 20 % pour l’ensemble des Québécois, se trouveraient en situation de détresse psychologique selon une étude de la Coop fédérée. Ces proportions sont alarmantes », affirme Fanny Cantin, responsable aux affaires politiques de la CRCAQ. Cette résolution a été grandement applaudie par la totalité des jeunes et des députés caquistes présents.

Le chef de la CAQ, François Legault, a pour sa part tenu à souligner « la rigueur, la qualité des débats, ainsi que les mesures ambitieuses » qui ont été soulevées par les jeunes durant le congrès.